Δευτέρα, 2 Σεπτεμβρίου 2013

Cher Savvas Matsas,

Nous ne nous connaissons pas, mais j'ai appris par la presse le procès scandaleux qui vous est intenté. Procès scandaleux, car les accusations inversent les faits : où sont la diffamation, l'attente à la paix civile et l'incitation à la violence sinon du côté du mouvement de type fasciste qui cherche à vous faire taire ?
 
Il est lamentable de voir se tenir ce procès dans une région du monde qui ouvrit la voie au modèle démocratique, autrement dit à la possibilité de confronter les oppositions politiques par la parole, et même l'invective, plutôt que d'établir le pouvoir par la force des armes.

Ce « procès » me fait aussi penser au poème de Martin Niemöller :
Lorsque les nazis sont venus chercher les communistes, je n’ai rien dit,
je n’étais pas communiste.
Lorsqu'ils ont emprisonné les socialistes, je n’ai rien dit,
je n’étais pas socialiste.
Lorsqu'ils sont venus chercher les syndicalistes, je n’ai rien dit,
je n’étais pas syndicaliste.
Lorsqu'ils sont venus me chercher
il ne restait plus personne pour protester.

En vous souhaitant courage et détermination,
bien à vous,
 
Patrick Geffard
Enseignant-chercheur en sciences de l'éducation
Université Paris 8